Robe de mai

Quand j’ai acheté le patron Ethel de chez Pmpattern, l’objectif était de pouvoir la décliner à l’infini. Comme je l’expliquais dans l’article à son sujet, le patron propose de nombreuses variantes : au niveau des manches, au niveau de la taille, de la longueur, des volants. Bref tout plein de possibilités.

J’ai donc cousu une 2eme robe Ethel, quasiment la même que la précédente si ce n’est que j’ai allongé les manches papillons et la longueur de la robe.

Le tissu est un crêpe de chez Mondial Textiles. La couleur est dingue, et pas du tout dans les couleurs que j’ai l’habitude de porter mais en passant devant, il a vraiment attrapé mon regard.

Très contente de la réalisation de ma robe, je ne suis pas entièrement satisfaite du rendu sur moi … Les manches sont peut-être un peu trop longues, la robe est peut-être un peu trop ample. L’envie de cacher mes kilos de grossesse non perdus et non assumés m’influence beaucoup quand je couds et je ne sais plus toujours très bien que coudre pour me sentir bien…

Une version courte devrait bientôt arriver par ici ☺️

A bientôt

Erika

Ethel

Croix dans le calendrier !! J’ai acheté un nouveau patron : la robe Ethel de chez PM patterns. Le truc qui arrive une fois au bout d’une lune. Je suis tombée sur cette robe via l’instagram du Labo d’Isa et j’ai craqué.

Le plus important pour moi, c’est la versatilité du patron : je ne sais pas combien de variantes il y a en tout mais c’est énorme. 3 encolures différentes, 4 styles de manches, 3 longueurs, avec ou sans volant. Bref c’est le patron de robe à avoir et qui permet toutes les fantaisies.

Pour ce modèle, j’ai choisi le col rond (légèrement creusé), les manches volants, la longueur longue et le volant dans le bas. Niveau réalisation, absolument rien de compliqué, c’est vraiment à la portée de tous.

Le tissu est un voile de chez Mondial Textiles. Notez que ce patron, même dans sa version courte, est un gros consommateur de tissu. Pour la version longue et les manches volants, comptez 3,5 m!

Je rendu me plaît énormément. J’aurais aimé que la robe soit encore un peu plus longue mais c’est vraiment lié à ma taille, il m’aurait fallu encore plus de tissu.

Cette robe est un petit coup de cœur car c’est celle que j’ai portée pour le premier anniversaire de mon bébé 😍

Vu que j’ai fait quelques achats « tissus », je pense que je vais jouer avec les différentes possibilités qu’offre ce patron.

A tout bientôt

Erika

Mini dressing

Quand une amie m’a fait découvrir les poupées Paola Reina, je savais que dès que j’aurai un enfant, j’en achèterais une (je les conseille car elles sont très détaillées, genrées, typées et elles sentent délicieusement la vanille).

La marque Minikane fait des ensembles absolument sublimes mais faut prévoir le budget pour pouvoir s’offrir plusieurs tenues.

En bonne couturière et tricoteuse que je suis, je le suis bien entendu lancée dans la confection de petits habits. Les poupons de mon fils et mon filleul sont des petits garçons donc le dressing est un peu moins foufou. Mais une amie a une petite africaine sublime donc je me suis amusée à ressortir de jolies chutes et coudre des petits ensembles.

A bientôt

Erika

Lilac is the new black

Mon petit plaisir du soir, quand mon fils est couché et qu’on se pose enfin dans le canapé, c’est de tricoter un peu.

Après un premier pull réussi et portable, je me suis lancée dans un second pull, avec le même fil Royal de chez Zeeman. Il s’agit d’un fil d’acrylique qui se tricote avec des aiguilles 4,5 ou 5.

Le modèle est un pull de chez Phildar, le pull Malicia du numéro 175. Rien de très compliqué si ce n’est de relever les mailles de l’encolure, une manipulation que je n’ai pas encore l’habitude de faire.

Super contente du résultat ! La couleur est superbe ! Le fil ne gratte pas du tout et permet d’être porté à même la peau. Le pull est un peu court mais ça donne super avec un pantalon taille haute 😍

A l’heure où je vous écris, je réfléchis déjà à mon prochain pull. Je sens que j’irai très vite voir chez Zeeman leurs coloris pour le printemps.

Les boucles d’oreille qui vont super bien avec ☺️☺️

A bientôt

Erika

Un peu tous les jours

Coudre pendant 8 heures d’affilée, commencer un projet le matin pour le finir le soir, faut bien reconnaître que ça devient compliqué avec un bébé. Mais je suis assez satisfaite de constater que j’arrive toujours à me trouver un peu de temps, un peu tous les jours, pour continuer à me coudre quelques pièces.

J’ai donc cousu ce manteau sur 3 jours : découpes le vendredi, poches passepoilées le samedi et le reste ce dimanche. Et force est de constater que ça se voit sur les finitions. Pour une fois, je peux le dire, c’est vraiment impeccable.

J’ai beau avoir déjà cousu un paquet de vestes, j’avais souvent le problème du lainage qui forme une bosse ou un pli, malgré mes finitions à la main. Cette fois, rien de tout cela, tout tombe parfaitement.

Le patron est le Magnésium de Ivanne Souflet. Je le connais par coeur, je le couds même sans les instructions. Cette fois, je l’ai allongé de 20 cm pour avoir vraiment une version bien longue, qui arrive dans le creux du genou.

Le lainage beige, légèrement bouclette, vient de chez Chamick et soldé à 50%, il m’est revenu pour une bouchée de pain. La doublure quant à elle vient des tissus du chien vert. Il s’agit d’une viscose Lila fleurie super belle.

Grosse grosse autosatisfaction sur les poches passepoilées 😍

Me voici parée pour attendre le printemps 😀

A bientôt

Erika

Odette fleurie

Y’a des patrons qui ne vous tapent pas dans l’œil lorsque vous les voyez dans le magasine. Typiquement le cas du patron de t-shirt Odette de la maison Victor (patron gratuit sur le site).

Dans la revue, je n’aime ni la coupe, ni le tissu. Du coup, ce patron est passé dans la case « j’aime pas et je ne couderai pas ». En plus, je ne suis pas une grande fan de jersey ni de couture à la surjeteuse…

Sauf que j’ai vu une jolie version sur Instagram et j’ai envie vu tout le potentiel de ce patron de t-shirt. Je constate aussi que beaucoup de t-shirts que j’ai acheté dans le commerce sont un peu courts. Le moment idéal pour me lancer.

J’ai trouvé ce jersey fleuri chez Mondial Textiles. Un peu souple mais facile à coudre malgré tout.

Dans la foulée, je vais évidement en faire d’autres, pendant les siestes de Léon 😀

A jientot

Erika

C’est un petit pas pour l’humanité…

Mais pour moi, c’est énorme ! Avoir tricoté un pull et qu’il soit mettable, c’est un grand pas pour moi !!

Concrètement, je trouve que je tricote bien. Par là, j’entends que mes mails sont régulières, souples, je fais peu d’erreurs et je sais quand même quelques points et techniques.

Sauf qu’au final, le résultat n’est jamais au rendez vous lorsqu’il s’agit de vêtements (bonnet, bandeaux, écharpes, ça, ça va 🙂).

Alors autant j’ai de la patiente, autant tricoter pendant des semaines pour avoir l’air de Godefroid de Bouillon en guenille ou en côte de mailles, c’est un peu décourageant … À chaque fois, je me dis que c’était la dernière tentative, que je vais m’en tenir aux accessoires et que je ne tricoterai plus ni pull ni gilet.

Sauf que j’adore tricoter! L’activité en elle-même me délasse, m’occupe les mains le soir devant la télé, ça m’évite de scroller des heures sur insta ou de grignoter… Et puis je continue de baver devant les pulls tricotés dès Instagrameuses que je suis et je me dis « Allais quoi, tu es capable de coudre tout plein de trucs, tu arriveras bien à tricoter un pull simple !! » Alors je retente l’expérience.

Cette fois, j’ai pris un patron Veritas, le pull Suzanne. Il s’agit de modèles tricotés à plat (le tricot en rond, j’ose pas me lancer), un pull simple, col V ou col V très échancré (celui que j’ai choisi). La seule difficulté pour moi, c’était l’encolure qui se tricote à 4 aiguilles. Mais j’ai appelé ma Marraine à la rescousse et j’ai fini par comprendre que c’était pas si terrible.

Côté fil, on a deux problèmes : d’abord je ne tricote pas assez bien pour investir dans du beau fil de qualité, qui, il faut le dire, coûte méga cher ! Je n’ai pas envie de mettre 60€ pour un tricot qui a une chance sur deux de devenir une cote de maille. Ensuite, je ne supporte pas la laine qui pique, le mohair et autre matière qui me file de l’eczéma… Alors je suis 100% d’accord que les pulls tricotés dans des fils nobles sont 3 fois plus beaux que les pulls en acrylique, sauf que je les porterais pas… Du coup, je me suis rabattue sur l’acrylique Royal de chez Zeeman qui présente le triple intérêt de coûter rien du tout, de se décliner en plein de super belles couleurs et d’être supportée par ma peau sensible.

Alors bon, je ne m’emballe pas non plus, la dure de vie de ce pull sera sûrement pas bien longue, je n’oserais pas montrer les finitions à une tricoteuse chevronnée mais j’ai tricoté un pull que je vais pouvoir porter. Et ça, c’est un grand pas pour moi 😀

A bientôt

Erika

100% surjeteuse

La couture à la surjeteuse, c’est pas ma grande passion. Sans doute, entre autre, parce que ma surjeteuse n’est pas de bonne qualité (c’est une singer de chez Lidl). Je déteste l’enfiler. Le couteau a déjà été remplacé une fois et ne coupe de nouveau plus, bref, pas génial.

Cependant, pour certains projets, c’est quand même l’option la plus efficace. Notamment pour la couture de ce Sweat blanc chiné. Quelques coups de surjeteuse et c’est fini et propre.

Le patron est maison. Je voulais un Sweat avec les épaules basses et les manches en tube. J’ai inventé au fur et à mesure de la couture.

Je garde toujours un léger souci à l’encolure. Elle n’épouse pas bien mon corps et à tendance à s’ouvrir un peu. Des conseils ??

Pour le reste, un Sweat ultra confort, mega doux à l’intérieur ( le coupon vient du marché à Maastricht ). Bien accessoirisé, j’ai bien l’intention de porter ce pull ailleurs qu’à la maison.

A bientôt

Erika

Vite fait

On ne va pas se mentir, depuis la naissance de Léon, c’est clair que le temps libre se fait rare. Disons que j’en ai encore, mais par petites périodes. Plus de longues après-midis couture, je vise maintenant des projets rapides et efficaces.

Patron maison, élabore au fur et à mesure. Viscose de chez Mondial Textile.

Je voulais une robe qu’on enfile rapidement, confortable et facile à porter. Objectif atteint. Ce n’est pas la plus féminine de mes robes mais c’est une des plus agréables à porter.

J’ai quand même ajouté un petit effet féminin avez des poignets foncés. En deux siestes de Léon, c’était plié ☺️

A bientôt

Erika

En sequins

Avec mes amies, on a une devise « Le sequin, c’est la vie! ».

Cette année, j’avais super envie d’une jupe crayon en sequins pour passer le nouvel an. Pleine d’inspiration Pinterest en tête, je débarque chez Chamick et je trouve le parfait tissu à sequin, argenté et bien bien brillants.

Le patron est maison, sur base d’une jupe de mon dressing. En 2 temps, 3 mouvements (et deux aiguilles cassées), j’avais ma jupe du nouvel an.

Sauf que … Sauf que la jupe sur base de laquelle j’ai fait mon patron est faite dans une matière plus extensible que mon sequins et donc, j’aurais pu la couper un poil plus large pour être plus à l’aise. Et ensuite, le tissu n’est pas confortable du tout ! J’ai beau avec cousu du biais en jersey sur l’intérieur de l’ourlet pour ne pas être griffée par les sequins, je restais coincée dans ma jupe étroite, qui gratte, s’accroche partout, fout en l’air les nouveaux bas collants… Le top! Et après des mois de confinements en legging et pantoufles, je suis devenue allergique à toute tenue inconfortable.

Je n’ai donc malheureusement pas porté ma jolie jupe (dont le rendu visuel me plaît pourtant beaucoup). Si j’ai le courage de coudre une sous-jupe et que je perds les quelques derniers kilos de grossesse, j’aurai peut-être d’autres occasions de porter la jupette.

A bientôt. Et surtout belle année !!

Erika