Mariage d’automne

Ce week-end, nous étions de mariage. Nos amis ayant opté pour un mariage d’automne, ce qui est une excellente idée si vous voulez mon avis, nous avons essayé d’être dans le thème.

Je lorgnais depuis sa sortie sur le patron de Aime comme Milady de ACM. Seulement voilà, 15€ le patron + 14€ de frais de port, ça me gerçait un peu… Quand nous avons appris que vous serions de la fête toute la journée, j’ai trouvé que c’était l’occasion pour m’offrir ce joli patron.

Le tissu. Et quel tissu. Un super voile bleu foncé avec des jolies fleurs stylisées brunes et ocres de chez Chamick. Tout à fait dans l’esprit automnal que je voulais. J’ai pris une doublure ton sur ton et j’ai doublé le haut et la jupe mais pas les manches.

La réalisation de cette robe est simplissime. Le seul petit acte technique est la pose du zip invisible sur le côté de la robe mais on s’en sort assez facilement.

Conclusion : j’ai adoré porter cette robe et malgré sa simplicité, je trouve qu’elle convenait particulièrement bien pour un mariage.

J’ai également cousu rapidement une petite pochette assortie avec des restes de suédine que j’avais et une bande de liège.

Enfin, j’avais aussi cousu l’ensemble nœud pap’ – pochette pour mon Amoureux mais dans le rush du matin, je n’ai pas pris le temps de photographier l’ensemble porté.

Mais croyez-moi sur parole, l’ensemble était très seyant et mon Chéri était le plus beau, et assorti à la déco du jour (voir la boutonnière).


Et même si je commence à avoir une belle collection de robes élégantes pour mariage, j’ai toujours envie d’en coudre une nouvelle… Et j’ai 3 mariages l’année prochaine… Ca va voler!

A bientôt,

Erika

Ma veste en léopard de l’espace

Non je ne vais pas vous montrer du léopard tout l’hiver, promis.

Mais quand j’ai vu ce tissu de ouf, un jacquard un peu extensible, léopard bleu et corail, j’ai fondu dessus tel un oiseau sur sa proie.

Je n’aurais pas pu le laisser là, d’autant qu’il a du me coûter moins de 10€ (6 je crois).

J’ai tout de suite vu un blazer et j’ai donc fouillé parmi mes patrons (j’ai assez peu de patrons de blazers) et j’ai ressorti le patron du Blazer Eva de chez Véritas (uniquement disponible en Belgique, je pense).

Lorsque j’avais cousu Eva il y a deux ans, le résultat n’était pas convaincant DU TOUT : le tissu était trop souple et peu adapté, le glaçage mal réalisé, les poches passepoilées à moitié ratées, …

Comme ces erreurs étaient de ma faute et pas de celle du patron, j’ai décidé de me lancer.

En prenant bien mon temps (3 soirées), en glaçant très proprement à la main et en donnant forme avec mon fer, je termine ce blazer EN-CHAN-TEE!

Poches passepoilées avec rabat : check

Col châle : check.

Doublage de la veste : check.

J’aime tellement cette veste que je vais devoir me forcer à pas la mettre tout le temps 🙂 

Et maintenant que je suis réconciliée avec ce patron, je compte bien agrandir ma collection de blazers (croyez-moi ou pas, mais je crois n’en avoir que 3!!)

A bientôt, 


Erika 

Recyclage

Après environs 3 ans de couture, on ne va pas se mentir, je ne porte quasiment jamais mes premiers vêtements. Très fière de moi à ce moment-là, je les trouve aujourd’hui terriblement mal fini. C’était l’époque où j’estimais que je n’avais pas besoin du fer à repasser pour coudre. Mouhahaha, tellement naïve.

Alors que faire avec ces vêtements, qui font faire suer des gouttes il y a 3 ans et qui sont désormais relégués au fond de mon dressing? Cette fois, j’ai décidé de recycler.

Vous vous souvenez peut-être de ce manteau Montmartre de ACM? J’adorais et j’adore toujours le tissu. Sauf qu’il n’était pas du tout adapté à ce projet (projet lui même qui n’était pas adapté à moi). Résultat : 2 mètres de tissu léopard extensible gâché. Jusqu’à ce que j’aie l’idée d’en faire une jupe (Ben Oui, tu sais pas récupérer beaucoup non plus).

J’ai découpé les pièces sur base d’une jupe de mon dressing, du commerce. J’ai assemblé à la surjeteuse. J’ai fait une ceinture pour y glisser un élastique et voilà. J’ai recyclé mon manteau 😊

Et vous, que faites vous avec vos anciennes cousettes?

Jarvis tenait à faire un petit coucou 😍

A bientôt

Erika

Quand panthère rime avec galère …

Entre le moment du coup de cœur pour le tissu et le projet qui s’associe directement dans ma tête et le résultat final exactement conforme avec mes attentes, le chemin a été semé d’embûches.

Autant le patron, la Chemise Liseron de l’Atelier Scammit, est une valeur sûre, autant je ne sais pas ce qu’il s’est passé, si c’est ma concentration ou le tissu particulièrement fuyant, mais j’ai galéré pour coudre cette simple robe chemise.

Pattes de boutonnage mal réalisées, col de travers, manche montée à l’envers, je ne me suis rien épargnée. Résultat, trois soirées et des heures à de découd-vite pour rattraper mes bêtises.

Heureusement, j’ai pu tout récupérer car j’aurais eu le cœur brisé si ce superbe crêpe rouge léopard avait été sacrifié. Le résultat me ravit et les finitions sont tip top, comme toujours avec cette marque de patron!

Parait que c’est l’année de l’imprimé léopard alors je vous préviens, ça va voler!

A bientôt,

Erika

Jamais deux sans trois

C’est uniquement pour respecter le célèbre dicton que j’ai fait cette troisième jupe en tissu plissé. Après la rose dorée mi-longue, la longue noire, voici la longue bordeaux.

En voyant ce tissu de couleur de ouf à la foire du tissu, je n’aurais pas pu le laisser la. D’autant que c’est une cousette de 30 minutes et que je porte mes jupes très souvent. C’est facile à associer, confort, ça ne froisse pas, ça se serre pas, et j’aime beaucoup le rendu!!

Alors dans un ton aussi intense, ce bordeaux – lie de vin, un peu brillant 😍 J’adore.

L’occasion rêvée de ressortir mon chapeau du même ton et d’étrenner mon nouveau perfecto, déniché dans le vide-dressing d’une copine.

Un look d’automne/hiver que j’adore.

Et tant qu’on y est, c’est l’heure de la confession: j’ai acheté le même tissu en kaki donc on peut carrément dire « Jamais deux sans quatre »!

À bientôt

Erika

La vie en rose incarnat

J’aime bien de connaître le vrai nom des couleurs. Des jolis mots comme Bleu Pétrole, Vert Menthe a l’eau ou encore rose Incarnat.

En vrai, ce tissu est plutôt entre le rose incarnat et le rose pelure d’oignon. Mais c’est moins sexy, faut avouer…

Il s’agit d’un crêpe rose à pois blancs avec de temps en temps un pois jaune Miel. Ce qui ne se voit quasiment pas de loin, on dirait plutôt qu’il manque un pois…

Ce crêpe est superbe mais tellement fluide qu’on dirait qu’il est vivant! Il coule tout seul le long de la table de couture qu’on n’a rien vu… Avec la surjeteuse, j’ai quand même pu le maîtriser mais j’ai du le ramasser quelques fois; il essayait de s’enfuir.

J’ai utilisé le patron de la robe Malo de Anne Kerdilès que mon Amoureux aime tant (le modèle de la robe hin, pas Anne). Très simple mais ultra facile à porter et comme c’est inchiffonnable, elle file direct dans ma valise pour l’Espagne 😊😊

Après ce dernier petit goût d’été, j’attaquerai les projets automnaux, notamment avec ces petites merveilles dénichées au Stoffen Spektakel de Hasselt 😍

Bientôt

Erika

Les bonnes habitudes

Quand j’ai commencé à coudre, j’ignorais un peu les recommandations et les bons conseils… « Bah pas besoin d’ouvrir mes coutures au fer », « C’est bon je surfile pas » ou encore « Une toile? J’ai pas que ça à faire… ».

3 ans tard, je fais moins la maligne. Mon fer n’est même plus rangé dans la buanderie mais installé juste à côté de ma machine, j’ai acheté une surjeteuse pour de plus jolies finitions et j’ai pris l’habitude de faire des toiles pour certains projets spéciaux… Je ne regrette pas pour autant mes débuts insouciants car ça m’a permis d’apprendre par moi-même.

Aujourd’hui, quand je dois faire une tenue spéciale ou quand je teste un nouveau patron, je fais une toile dans un tissu qui me plaît mais pas trop cher. Pas tout le temps car je commence à connaître certaines marques (je ne fais pas de toile pour l’Atelier Scammit par exemple) mais ça arrive souvent.

Et cette robe fait partie de ces toiles portables (et quand en plus c’est portable, tu as tout gagné en fait). Fin octobre, nous sommes invités au mariage de nos amis. Vu le l’automne sera déjà bien installé, je voulais une robe longue, avec des manches, confortable et pas sexy. Le patron de Aime Comme Milady me faisait déjà de l’œil, l’occasion était trop belle.

Je ne vous parle pas de mon vrai tissu, cela fera l’objet d’un autre article en temps voulu. Mais il n’a rien à voir avec celui ci.

Pour ma toile, je suis allée voir dans les tissus à 3€/m de chez Chamick. J’y ai trouvé ce coton assez épais, ocre et avec un motif léger dans le tissage.

Cette robe se coud en 2 heures et est ultra simple à réaliser. Vraiment aucune difficulté pour un résultat que je trouve très élégant.

Quelques modifications sont prévues pour la vraie (allez je vous livre quand même une info : elle sera en crêpe très fin donc plus vaporeuse).

Pour info, comme je suis grande et que les patrons de ACM sont dessinés pour des filles d’1m60, j’ai ajouté 5cm au haut et 10-12 cm à la jupe (je fais 1m77). Et la ceinture tombe pile poil!

À bientôt

Erika